Les revendications du SNIRS entendues !

Communiqué du 2 septembre 2016

LES REVENDICATIONS concernant les carrières et rémunérations des personnels de recherche PORTEES PAR LE SNIRS AU MINISTERE ont été entendues !

 Le SNIRS fait partie des premières organisations syndicales qui ont considéré que le RIFSEEP pouvait être, sous certaines conditions, une opportunité pour les personnels des EPST.

A la suite de notre rendez-vous au ministère, nos demandes ont été entendues !

Lors de la réunion conclusive de l’agenda social, qui s’est tenue mercredi 6 juillet 2016, le ministère a annoncé des éléments qui approuvent nos négociations pour les personnels :

– PPCR : la grille des agrégés sera un point de référence pour le travail sur la grille des chargés de recherche et des maîtres de conférences.

– RIFSEEP : les ITA et les ITRF ne seront pas exemptés du nouveau système indemnitaire. L’État accompagnera sur le plan budgétaire les organismes, afin de permettre en priorité la revalorisation de l’indemnitaire des ITA des organismes (lesquels touchent à ce jour des primes plus basses que leurs homologues universitaires).

La mise en place du RIFSEEP a été reportée au 1er septembre 2017. D’ici là, le SNIRS continue à porter ses autres revendications afin qu’elles soient prises en compte (voir nos précédents communiqués)

Nous resterons vigilants sur les propositions faites par le ministère et au niveau de l’INSERM et du CNRS afin que chacun puisse bénéficier d’avancées de carrières et de rémunérations.

Le SNIRS écrit à la Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

capture

Version pdf

Madame Najat Vallaud Belkacem

Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement

Supérieur et de la Recherche,

110, rue de Grenelle

75357 PARIS SP 07

Paris, le 30 mai 2016

Madame la Ministre

Alors que nos organismes de recherche doivent mettre en place les premières mesures du PPCR pour les catégories B et prévoir celles pour les catégories C et A, force est de constater que les moyens financiers ne sont pas encore là. Il en va de même pour la mise en place prochaine du RIFSEEP. Comment imaginer que les EPST auront les moyens financiers d’y parvenir sans effort particulier de l’Etat ?

Nous n’ignorons pas les difficultés budgétaires actuelles ni les contraintes qui pèseront encore sur les prochains arbitrages budgétaires. La tentative récente d’annuler plusieurs millions d’euros dans les budgets des organismes de recherche suffit à nous le montrer.

Pourtant, les personnels des EPST sont les grands oubliés de la politique indemnitaire dans la fonction publique. Les chiffres, en particulier ceux issus d’un récent rapport de la Cour des Comptes, en témoignent. Les inégalités en la matière sont flagrantes pour les   ingénieurs et techniciens de la recherche par rapport aux fonctionnaires des corps équivalents dans les autres ministères. Elles sont à peine avouables pour les chercheurs dont les primes sont ridiculement basses. D’une manière générale, c’est bien l’attractivité des métiers de la recherche qui est désormais en jeu.

La solution, trop souvent retenue, de limiter les recrutements afin de contenir la masse salariale des EPST ne saurait être indéfiniment reconduite sans mettre gravement en péril la place de notre pays parmi ceux qui comptent et qui compteront encore. La recherche est un investissement sûr. La recherche doit redevenir une ambition pour la France.

Nous espérons fortement que la mise en place du PPCR et l’application prochaine du RIFSEEP seront l’occasion de rétablir un minimum d’équité entre les carrières dans la recherche et celles dans les autres métiers de la fonction publique. Le SNIRS est prêt à venir vous exposer ses propositions.

Nous  comptons  sur  vous,  Madame  la  Ministre,  pour  convaincre  le  Premier  Ministre  de  la  nécessité d’accorder les moyens budgétaires permettant aux organismes de recherche de remplir leurs missions et à leur direction de mener une réelle politique de ressources humaines.

Alors que notre pays a trop souvent l’habitude de satisfaire les revendications de ceux qui ont le pouvoir de le bloquer, qu’il nous soit permis d’espérer, Madame la Ministre, que vous serez sensible à ceux qui ont encore l’immense satisfaction de le faire avancer.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma haute considération.

Sylvain PICAUD

Secrétaire général du SNIRS CFE-CGC

Copie : –  Monsieur Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur et la Recherche

 

Lire d’autres articles en lien :