Contrat d’objectifs entre l’État et le Centre national de la recherche scientifique

Contrat d’objectifs entre l’État et le Centre national de la recherche scientifique 2014 / 2018

Amendements et remarques pour le Comité technique du 25 février 2015.

Remarque générale : Le SNIRS déplore le texte ainsi que les objectifs ne comportent pas de mention concernant la carrière des agents. Compte tenu de l’allongement de la durée des carrières, il faut prévoir :

  • Un renforcement des structures d’accompagnement des personnels (en délégation et accompagnement des cadres)
  • Un accroissement substantiel du budget formation
  • Une réflexion sur les ruptures de carrière et les reconversions possibles
  • Une prise en compte des compétences de tous les personnels.

LIRE NOS 71 AMENDEMENTS SUR LE CONTRAT PROPOSE PAR LA DIRECTION

contrat-min-14-18-amendements

  • Déclaration du SNIRS : Le SNIRS a constaté que le contrat ne met pas toujours en valeur le rayonnement du CNRS et sa mission de grand organisme de recherche pluridisciplinaire ; qu’il décline des objectifs sans garantir les moyens pour les mettre en place ; qu’il favorise la recherche finalisée et les financements sur projets au détriment de la recherche fondamentale et des financements sur subvention d’état ; qu’il ne prend pas en compte les questions de carrière, de résorption de la précarité et d’amélioration des conditions de travail, alors que le rapport de la cour des comptes de février 2015 souligne, je cite, « un risque de précarisation à maîtriser », « des parcours de carrière à favoriser » et que « le ministère ne peut se contenter d’un simple rôle d’accompagnement ». En conséquence, le SNIRS a déposé 71 amendements qui visent à modifier ou supprimer les passages concernés et à rendre le document plus proche des besoins de la recherche et des personnels. Le SNIRS attendait de voir les amendements qui seraient repris par l’administration. Au vu de ceux-ci, il estime qu’ils ne sont pas suffisants et que les problèmes de fond évoqués perdurent, en conséquence, il vote contre.

 

D’autre part, Le SNIRS est sensible aux arguments positifs de la Direction qui motivent l’ajout de la mission de « centrale d’achat » à  celles de l’établissement, mais souhaite cependant qu’une attention particulière soit apportée à la mise en œuvre de cette mission et fasse l’objet d’informations régulières aux organisations syndicales. Le SNIRS  souhaite en particulier veiller aux impacts de la mise en place de cette mission sur les unités, les délégations et les services centraux. 

Laisser un commentaire