Elections professionnelles 2018

Le SNIRS CFE-CGC se mobilise en proposant des candidats sur les listes professionnelles de différentes institutions de recherche et plus particulièrement les Comités Techniques du CNRS, du Muséum National et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) ainsi qu’aux Commissions Paritaires de ces mêmes établissements. A consulter les professions de foi de

Retrouvez nos candidats :

CAP 3 CNRS IR1

  1. M. OSTER Denis
  2. GRESILLAUD Sylvie
  3. Mme LHERMITTE GUILLEMET Nicole
  4. M. SCHAMING Marc
  5. M. HAQUET Jérôme-François
  6. M. WURTZ Jacques

CAP 3 CNRS IR HC

  1. M. POMMIER Jean-Claude
  2. M. MAES Emmanuel
  3. M. BLONDY Jean-Marc
  4. Mme BOUSSARD Catherine

CAP 4 CNRS IE CN

  1. Mme GIRAUD isabelle
  2. Mme MENANT Céline
  3. M. GACHON Jean-Marie
  4. Mme VURPILLOT Christine
  5. M. GARNIER Ludovic
  6. M. PEREZ Yves

CAP 4 CNRS IE HC

  1. M. GIORGI Alain
  2. Mlle GUENY Véronique
  3. M. BERGER Jérôme
  4. Mme COURONNE Sandrine
  5. M. SILVERA Laurent
  6. Mme MONFLIER Sylvie

CAP 5 CNRS AI

  1. Mme SCHNEIDER Séverine
  2. Mme AUGER Sandrine
  3. M. SCHAEFFER Eric
  4. M. KOZIET Thomas
  5. Mme REUTENAUER Laurence
  6. M. CHOUKROUN Jean Luc
  7. M. RENARD Nicolas
  8. Mme DELLAPINA Catherine
CT CNRS

  1. M. GEOFFROY Philippe CRCN
  2. Mme GRESILLAUD Sylvie IR1
  3. Mme PONCIN Fabienne DR1
  4. Mme LHERMITTE GUILLEMET Nicole IR1
  5. M. SCHAMING Marc IR1
  6. Mme BRENNER Catherine DR2
  7. M. POMMIER Jean-Claude IRHC
  8. Mme AUGER Sandrine AI
  9. M. OSTER Denis IR1
  10. Mme FACHE-DANY Fabienne CRHC
  11. M. CHOUKROUN Jean Luc AI
  12. Mme GIRAUD isabelle IECN
  13. M. MAES Emmanuel IRHC
  14. M. HAQUET Jérôme-François IR1
  15. Mme COURONNE Sandrine IEHC
  16. M. PICAUD Sylvain DR2
  17. M. MULLER Christian CRHC
  18. M. GACHON Jean-Marie IECN
  19. M. RINTERKNECHT Vincent CRCN
  20. M. RENARD Nicolas AI

CT Museum

  1. Sophie‐Ève VALENTIN‐JOLY, agent contractuel, DGD MJZ, JdP
  2. Thomas INGICCO, MCM, Homme et Environnement
  3. Aïcha BADOU, IE, DGD REVE Concarneau
  4. Pascal LE ROC’H, agent contractuel, DGD REVE DIREF
  5. Nathalie DESJOBERT, agent contractuel, DGD‐R DAF
  6. Laurent REMUSAT, CR CNRS, Origines et Évolution
  7. Isabelle GOURLET, SAENES, Dir. Com.
  8. Éric BUIDINE, Adjoint technique, DGD MJZ musées
  9. Honorine GUY‐KOUKOUA, ADJAENES, DGD MJZ zoos
  10. Yann JOVANCEVIC, technicien, DGD‐R DRM
  11. Eva VENANCIO, agent contractuel, DGD‐R publics
  12. Patrick BABIN, technicien, DGD MJZ musées
  13. Brigitte ZANDA, MCM, Origines et Évolution
  14. Loris BAUDET, agent contractuel, DGD collections
  15. Patricia CHEVALIER, technicienne, Dir. Com.
  16. Fabrice ROTURIER, technicien, DGD MJZ musées
  17. Amélie VIALET, MCM, Homme et Environnement
  18. Michel GARMIER, agent contractuel, DGD‐R DRM
  19. Cécile BRISSAUD, agent contractuel, Dir. Com.
  20. Arnaud HUREL, IR, Homme et Environnement

Intervention du SNIRS au CT – Systèmes d’information du CNRS

Communiqué du 15/06/2016

Le SNIRS alerte la Direction sur le fonctionnement des systèmes d’information au CNRS

Et en particulier sur RESEDA et la mise en œuvre de la GBCP

Déclaration du SNIRS au CT du 13 juin 2016

 

Nous avons été interpellés par des directeurs d’unités et des responsables administratifs sur les difficultés rencontrées.

On peut reconnaître que sur certains aspects la situation s’améliore un peu par rapport au début de l’année qui a été très difficile.

Cependant, les utilisateurs sont toujours inondés de messages au sujet de RESEDA qui est une application qui ouvre, referme constamment et met un temps fou à répondre une fois connectée.

 

Nous recueillons les témoignages d’administrateurs de laboratoires qui craquent car ils travaillent déjà 40/45 heures par semaine et perdent deux heures à deux heures et demie par jour car l’application ne fonctionne pas.

Des gestionnaires sont proches du burn-out et n’en peuvent plus face à ces constantes interruptions de service et aux difficultés techniques rencontrées.

Un exemple : l’impossibilité de rentrer les personnels universitaires dans RESEDA, et par voie de conséquence, plus d’accès à Simbad pour réserver les missions.

 

Le SNIRS demande qu’à l’avenir les moyens humains et matériels soient mobilisés afin que les applications fonctionnent dès leur mise en place

et que ce ne soient pas les utilisateurs, les laboratoires et les services qui fassent les frais des premiers tests, pendant des mois, voire des années, à chaque évolution technique.

 

Si vous souhaitez des informations sur les autres points abordés lors de ce CT et discuter à propos de nos chantiers en cours, contactez-nous !

 

Contrat d’objectifs entre l’État et le Centre national de la recherche scientifique

Contrat d’objectifs entre l’État et le Centre national de la recherche scientifique 2014 / 2018

Amendements et remarques pour le Comité technique du 25 février 2015.

Remarque générale : Le SNIRS déplore le texte ainsi que les objectifs ne comportent pas de mention concernant la carrière des agents. Compte tenu de l’allongement de la durée des carrières, il faut prévoir :

  • Un renforcement des structures d’accompagnement des personnels (en délégation et accompagnement des cadres)
  • Un accroissement substantiel du budget formation
  • Une réflexion sur les ruptures de carrière et les reconversions possibles
  • Une prise en compte des compétences de tous les personnels.

LIRE NOS 71 AMENDEMENTS SUR LE CONTRAT PROPOSE PAR LA DIRECTION

contrat-min-14-18-amendements

  • Déclaration du SNIRS : Le SNIRS a constaté que le contrat ne met pas toujours en valeur le rayonnement du CNRS et sa mission de grand organisme de recherche pluridisciplinaire ; qu’il décline des objectifs sans garantir les moyens pour les mettre en place ; qu’il favorise la recherche finalisée et les financements sur projets au détriment de la recherche fondamentale et des financements sur subvention d’état ; qu’il ne prend pas en compte les questions de carrière, de résorption de la précarité et d’amélioration des conditions de travail, alors que le rapport de la cour des comptes de février 2015 souligne, je cite, « un risque de précarisation à maîtriser », « des parcours de carrière à favoriser » et que « le ministère ne peut se contenter d’un simple rôle d’accompagnement ». En conséquence, le SNIRS a déposé 71 amendements qui visent à modifier ou supprimer les passages concernés et à rendre le document plus proche des besoins de la recherche et des personnels. Le SNIRS attendait de voir les amendements qui seraient repris par l’administration. Au vu de ceux-ci, il estime qu’ils ne sont pas suffisants et que les problèmes de fond évoqués perdurent, en conséquence, il vote contre.

 

D’autre part, Le SNIRS est sensible aux arguments positifs de la Direction qui motivent l’ajout de la mission de « centrale d’achat » à  celles de l’établissement, mais souhaite cependant qu’une attention particulière soit apportée à la mise en œuvre de cette mission et fasse l’objet d’informations régulières aux organisations syndicales. Le SNIRS  souhaite en particulier veiller aux impacts de la mise en place de cette mission sur les unités, les délégations et les services centraux. 

Dossier mutualisations au CNRS

Le Comité Technique, re-convoqué le 4 novembre 2015 a émis un avis négatif unanime sur le projet de circulaire relative à la mutualisation des fonctions IT.

Voici l’explication de la position du SNIRS : Le SNIRS a proposé de nombreux amendements qui ont reçu un accueil favorable de la Direction.

Cependant, le SNIRS a voté contre ce projet pour les raisons suivantes :

– Absence de présentation de données sur la situation existante ;

– Refus de la Direction de soumettre ce texte pour expertise au CCHSCT malgré la demande unanime des organisations syndicales ;

– La mise devant le fait accompli : la consultation au sujet de ce document a eu lieu alors qu’il était déjà diffusé largement. http://snirs.fr/

Les représentants du SNIRS au CT ont été co-signataires d’un courrier au Président demandant le retrait de ce point de l’ordre du jour du Comité Technique du 20 octobre 2015.

Cette demande n’a pas été acceptée, ce qui a entraîné le boycott du CT par la plupart des organisations syndicales excepté le SNIRS.

En effet, le SNIRS a considéré qu’il était dans l’intérêt des agents de pouvoir formuler des propositions de modification de la circulaire présentée.

Le SNIRS a donc fait une déclaration officielle (que nous tenons à votre disposition) et transmis ses propositions à la direction du CNRS.

Faites-nous part de vos expériences à ce sujet !

 LIRE LES AMENDEMENTS DU SNIRS SUR LE PROJET DE CIRCULAIRE MUTUALISATION PROPOSE PAR LA DIRECTION

amendements-circulaire-mutualisation-fonctions-it

Nos interventions en Comité Technique – CT à propos de la  décision relative au service mutualisé entre les délégations du CNRS de la Région Ile-de-France

Ce projet de décision a été soumis pour la première fois à l’avis du CT le 9 juin 2015, pour création d’un service mutualisé d’Ile-de-France au 15 juillet 2015 !

Le SNIRS  a aussitôt exprimé de vives inquiétudes au sujet de cette réorganisation qui aura nécessairement un impact sur les conditions de travail et la carrière des agents concernés :

– Début de la mise en place au 15 juillet 2015 pour être finalisé le 30 juin 2016 : le délai est beaucoup trop court pour permettre aux agents de réfléchir, de candidater et de faire remonter les problèmes rencontrés !

– Cette nouvelle organisation ne rajoutera-t-elle pas une strate supplémentaire de supervision pour les agents et d’interlocuteurs pour les usagers des délégations régionales ?

– Que deviendront les responsables des services actuels qui ne seront pas retenus sur une fonction de chef de pôle ? Quelles seront les nouvelles fiches de postes pour les agents restant en Délégation régionale dont une partie de l’activité aura été enlevée ?

– Le SNIRS alerte sur le fait que la spécialisation des agents, dans les métiers administratifs n’est pas forcément bénéfique pour leur carrière ;

– Le SNIRS constate que la rédaction de la décision ouvre la porte à d’autres formes de mutualisation et demande à être alerté suffisamment à l’avance de tout autre projet.

Face à nos inquiétudes, la Direction nous a répondu que cette réorganisation était devenue inévitable pour plusieurs raisons : résorption d’une baisse des effectifs actée, rééquilibrage du volume de travail entre délégations et nouvelle répartition des portefeuilles de laboratoires entre délégations.  La Direction s’est engagée à tenir au courant le comité technique au fur et à mesure de la mise en place et a souligné l’existence de groupes de travail mis en place pour organiser la réflexion depuis deux ans ; l’accord des agents sera systématiquement recherché, la démarche est de recueillir des candidatures et non de procéder à des déplacements d’office. D’autre part, il nous est indiqué que l’on n’a jamais relevé de point de vigilance particulière en ce qui concerne l’avancement des agents trop spécialisés dans leur domaine.

Le SNIRS a indiqué qu’il y aurait eu possibilité de revoir les procédures et circuits pour éliminer certaines tâches effectuées en doublon afin de résorber le problème de la baisse des effectifs, ce qui aurait été moins traumatisant que de déplacer les agents et les obliger à candidater. Il nous a été répondu que cette démarche n’aurait pas suffi à résoudre les problèmes au niveau de l’Ile-de-France.

Ces réponses évasives et le manque de précisions de la Direction, les alertes des collègues concernés par la réorganisation et leur inquiétude grandissante nous ont amené à voter contre ce projet trop précipité, à deux reprises.

Le SNIRS a voté contre ce projet en CT du 9 juin 2015 et en CT du 23 juin 2015.

Nous tenons à exercer une vigilance particulière au niveau de cette réorganisation et vous remercions de nous faire remonter avis, positif ou négatif, tout problème, interrogation, afin que nous nous exprimions en votre nom lors des prochaines concertations.

Extrait de la décision relative au service mutualisé entre les délégations du CNRS de la Région Ile-de-France

 

Considérant le plan d’action 2012-2015 pour une organisation rénovée des fonctions supports de l’établissement ;

Considérant l’intérêt commun d’une collaboration renforcée entre les délégations d’Ile-de-France afin de développer les synergies, d’optimiser les compétences et les ressources des fonctions supports ;

DECIDE :

Art 1er – Il est créé, au sein de la délégation régionale Paris-Villejuif, un service mutualisé d’Ile-de-France à compter du 15 juillet 2015.

Art 2 – Le service mutualisé est structuré en pôles correspondant à des champs de compétences. Il est placé sous l’autorité du délégué régional de Paris-Villejuif, lequel peut être assisté d’un adjoint chargé de ce service.

Art 3 – A la date de création du service mutualisé, celui-ci intervient en matière d’achat, de formation permanente, de systèmes d’information et de patrimoine et logistique, dans le cadre d’une répartition entre les compétences exercées par ce service et celles exercées par les délégations régionales.

Art 4 – Le délégué régional de Paris-Villejuif est chargé du pilotage, de la coordination et de la mise en oeuvre des compétences mutualisées entre les délégations régionales d’Ile-de-France

 

 

Le SNIRS entendu : vivier mobilités au CNRS

Le SNIRS demandait la création d’un vivier des candidats CNRS à la mobilité (CT du 10/03/2014, nos NB148)

La « circulaire relative à l’évolution des modalités de mobilité interne des ingénieurs et techniciens », publiée depuis le 9/07/14 (CNRS CIR141807DRH) entérine la mise en place des fonctions susceptibles d’être pourvues et officialise le vivier :

Nous incitons tout agent CNRS ayant un projet professionnel à court ou plus long terme, incluant une mobilité, nécessitant ou non une formation à prendre dès à présent un rendez-vous avec son conseiller RH en délégation afin de se faire connaître, sans attendre les NOEMI.

Contact : snirs-cfecgc@syndicats.cnrs.fr